Valeur des temps dans un récit passé

L'imparfait et le passé simple dans un récit passésmiley jump 2

 

I- Les actions de premier et second plan


Dans un récit au passé, on distingue :

      les actions de premier plan au passé simple, c'est à dire les actions principales et essentielles pour faire progresser le récit,

les actions de second plan à l'imparfait, actions secondaires, qui décrivent le décor ou commentent l'action principale.

 

Exemple :

La pluie tombait à flots lorsqu'ils terminèrent la course.

 

L'imparfait sert donc à planter le décor, créer une ambiance, définir une mise en scène. Le passé simple indique la suite des actions.

 

zzz (10)

II- Valeurs de l'imparfait

 

Valeur essentielle de l'imparfait :

      L'imparfait, comme son nom l'indique, est un temps qui envisage une action comme inachevée et non limitée dans le temps.

 

Valeurs particulières :

      L'imparfait de durée présente des actions en cours de réalisation, sans limite de temps, non achevées au moment de l'évènement.

Exemple : Le voyageur marchait depuis plusieurs jours.


      L'imparfait d'habitude ou de répétition présente des action en cours de réalisation, mais avec une indication de temps marquant la fréquence de l'action.

Exemple : Tous les matins, le voyageur se mettait en marche dès l'aube.

      L'imparfait est utilisé dans la description ou pour exprimer un commentaire.

Exemple : La tour mesurait plus de cent mètres. Le vent soufflait sans doute très fort à son sommet.

      Quand plusieurs verbes à l'imparfait se suivent, les actions sont présentées comme simultanées.

Exemple : Mon frère lisait, ma soeur faisait la sieste et, moi, je m'ennuyais ferme.

 

 

III- les valeurs du passé simple

 

Valeur essentielle :

Il s'utilise dans une narration au passé pour relater des actions achevées, qui ont un début et une fin, quelle que soit leur durée.

Exemple : Le voyageur marcha pendant plusieurs jours.

 

Valeurs particulières :

      Le passé simple peut exprimer la brièveté (Soudain, le pont s'écroula.) ; la durée (Ils vécurent cent ans.) ou la répétition (Il frappa plusieurs fois à ma porte.). Dans tous les cas, l'action est présentée comme achevée.

Lorsque plusieurs verbes au passé simple se suivent, ce temps marque la succession des actions de « premier plan » par rapport aux éléments d'« arrière-plan » à l'imparfait.

Exemple :

Tandis que le blizzard soufflait, Jean-Louis Étienne prit ses skis, les planta dans le sol et dressa sa tente. => arrière-plan : le blizzard soufflait (cadre de l'histoire), puis 3 actions successives, 1° il prit, 2° il planta, 3° il dressa.

 

Formation du passé simple

 

I/ Verbes réguliers du premier groupe

 

Les verbes du premier groupe se conjuguent au passé simple de la façon suivante :

 

On ajoute au radical du verbe (obtenu  en ôtant la terminaison « er » de l'infinitif) les terminaisons suivantes :

      au singulier : ai ; as ; a

au pluriel : âmes ; âtes ; èrent

gif11.gif

Je parlai ; tu parlas ; il parla

nous parlâmes ; vous parlâtes ; ils parlèrent

 

Attention :

Les verbes en -ger comme « manger », prennent un « e » après le g devant « a »

Je mangeai ; tu mangeas ; il mangea ; nous mangeâmes ; vous mangeâtes ; ils mangèrent.

 

II/ Les verbes réguliers du deuxième groupe

 

Les verbes du deuxième groupe prennent les terminaisons suivantes après le radical du verbe :

      au singulier : is ; is; it

au pluriel : îmes ; îtes ; irent

 

Je finis ; tu finis ; il finit

nous finîmes ; vous finîtes ; ils finirent

 

Attention, au passé simple, les formes du singulier sont absolument semblables à celles du présent de l'indicatif.

 

III/ Les verbes irréguliers du troisième groupe

 

Les verbes du troisième groupe se divisent en trois catégories. Chacune de ces catégories est caractérisée par une voyelle soit « i » ; soit « u » ; soit « in ».

Les terminaisons verbales, ajoutées à la voyelle caractéristique, sont les suivantes :

      au singulier : -s ; -s ; -t

au pluriel : -^mes ; ^tes ; -rent

 

 

Formation de l'imparfait

 

Pour former l'imparfait, on ôte la terminaison « ons » à la première personne du pluriel au présent de l'indicatif et on ajoute les terminaisons de l'imparfait : ais, ais, ait, ions, iez, aient.

 

Exemple : nous chantons => J'aim-ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient.

La seule exception concerne le verbe « être » => j'ét-ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient.

 

 

Conjuguer :

crier ; cueillir ; rire ; étudier ; éteindre ; appeler ; boire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :