Samedi 22 janvier 6 22 /01 /Jan 15:24

  L’épopée de Gilgamesh est la plus ancienne légende écrite que nous possédons. D’abord transmise àSumer - tablette de comptes l’oral, elle est mise par écrit vers 2300 avant J.-C., sur des tablettes en écriture cunéiforme. Le texte se présente sous la forme d’un long poème de 3000 vers. C’est en 1872 que des archéologues anglais découvrent les douze tablettes contant les aventures du légendaire Gilgamesh, en fouillant ce qu’il reste de la bibliothèque d’Assurbanipal, à Ninive (nord de la Mésopotamie).

 

 

 

 

gilgameshGilgamesh, héros mi-dieu, mi-homme


L’existence de Gilgamesh est incertaine : son nom est mentionné comme roi de la cité d’Uruk vers 2650 avant J.-C. On lui attribue une origine divine : certaines versions du mythe le présentent comme le fils de la déesse Ninsuna (la déesse du bétail). Son père serait le roi d’Uruk Lugalbanda. Mi-homme, mi-dieu, Gilgamesh est donc un personnage hors du commun : les tablettes soulignent sa force, sa beauté et son courage exceptionnels.

 

 

 

 

 

 

Les aventures de Gilgamesh


Malgré toutes ses qualités, Gilgamesh est un roi arrogant, dur et intransigeant. Il ne ménage pas la population d’Uruk, qui, excédée, demande aux dieux d’intervenir. Anu, le père de tous les dieux, décide de lui donner une bonne leçon en demandant à la déesse Aruru de façonner avec de l’argile un rival brutal mais bon, Enkidu. Gilgamesh et Enkidu s’affrontent, mais tous deux comprennent qu’ils sont complémentaires et décident d’unir leur force pour accomplir ensemble de grands exploits. Les deux amis se dirigent vers la forêt des Cèdres, à 1500 km d’Uruk, dans l’actuel Liban, pour affronter le terrible géant Humbaba, qu’ils parviennent à tuer. Fier de son succès, Gilgamesh rentre en triomphe à Uruk. La déesse de l’amour Ishtar tombe amoureuse de lui, mais il la repousse ! Furieuse, Ishtar décide de se venger : elle supplie son père Anu, le roi des dieux, de créer un monstre, le Taureau Céleste, pour frapper la cité d’Uruk. Mais là encore, Enkidu et Gilgamesh l’emportent...

L’histoire devient ensuite tragique : Enkidu tombe malade et meurt, laissant Gilgamesh désemparé. Après avoir enterré son ami, le roi d’Uruk arrache ses beaux vêtements et fait le voeu de parcourir la steppe seulement revêtu d’une peau de lion.gilgamesh8.jpg

 

Gilgamesh à la poursuite de la vie-sans-fin

Pleurant la mort de son ami, Gilgamesh part à la recherche du sage Utanapishti, un vieillard devenu immortel après avoir survécu au Déluge. Après maintes aventures, il parvient à le rencontrer : Utanapishti lui reconte alors comment il a pu, avec son épouse, échapper au Déluge et devenir immortel : « J’étais roi, jadis, comme toi, et je régnais sur la ville de Shurupak. Un jour (...), j’entendis la voix du dieu Ea. Elle disait : Les dieux ont décidé d’anéantir les hommes en les noyant sous un déluge d’eau. Il faut te mettre à l’abri, car personne n’en réchappera ». Utanapishti décide donc de construire une arche, un immense navire. Ayant survécu à la catastrophe, les dieux décident alors de lui accorder l’immortalité.

Le vieillard fait ensuite comprendre à Gilgamesh qu’il ne peut accéder par ce moyen à la vie-sans-fin. La seule façon pour un homme de devenir immortel, lui dit-il, est d’accomplir une œuvre juste dont on gardera la mémoire. En paix avec lui-même, Gilgamesh renonce à son rêve d’immortalité et regagne Uruk.

 

 

 

 


Par prof - Publié dans : carnet lecture 6è
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés